Le président de la Société algérienne de médecine générale, le Dr Abdelkader Tafat : «Les généralistes doivent être davantage protégés»

Samedi, 18 Avril, 2020

«On n’est pas dans une quelconque revendication salariale, mais dans une logique sécuritaire liée à l’exercice de notre profession et à la protection de notre population de ce fléau», a indiqué le président de la Société algérienne de médecine générale, sur Facebook. Le Dr Abdelkader Tafat a indiqué : «Nous n’avons pas le droit d’être en dehors des structures qui sont notre milieu naturel afin de porter assistance à une population angoissée, stressée, voire menacée dans son quotidien.» Il affirme que le parcours de santé devrait passer par une première consultation chez le généraliste, quel que soit son mode d’exercice (structure publique, parapublique ou privée), avant de bénéficier, le cas échéant, d’une orientation vers une consultation spécialisée, réduisant ainsi le nomadisme médical, le coût des soins.
Il a affirmé que la pandémie de coronavirus est l'occasion pour mettre en valeur le rôle du médecin généraliste. «Ce dernier est le premier à accueillir les malades, il est le premier qui doit prendre une décision et opter pour le confinement total avec une surveillance des signes cliniques ou les adresser au service de consultation Covid-19. Son rôle est primordial dans la prévention ou la prise en charge de toute pathologie», a souligné le président de la SAMG.
Il a rappelé que le généraliste doit bénéficier de mesures de sécurité sanitaires particulières, comme l’indique la législation, les directives du ministère de la Santé, ainsi que celles de l’OMS.
«Si les médecins exerçant dans les structures publiques sont plus ou moins pourvus de ces moyens de protection qui leur sont fournis par leur employeur, ce n’est pas le cas, malheureusement, pour ceux qui exercent à titre libéral et qui sont dépourvus de moyens», a-t-il regretté. Il déplore le fait que plusieurs médecins sont en train de mettre leur vie en danger, ainsi que celle de leur personnel, de leur famille et de leurs patients. «Le risque est d'autant plus grand chez les médecins âgés et chez ceux qui présentent une pathologie chronique. Par voie de conséquence, ils doivent être dispensés d'exercer», a-t-il recommandé.
Le Dr Tafat a signalé que les généralistes vivent dans l’angoisse quotidienne du fait qu’ils sont en contact avec des malades porteurs de toutes pathologies, dont justement le Covid-19, et a appelé le ministère de tutelle à trouver des solutions à cette situation, à savoir la sécurisation des conditions d’exercice. Cependant, il a réitéré le fait que l’ensemble des praticiens sont très conscients de leur mission avant d’inviter les acteurs concernés à conjuguer leurs efforts. «Le ministère de la Santé, les syndicats de médecins, le conseil de l'Ordre des médecins, les pharmaciens, les dentistes, les associations savantes doivent conjuguer leurs efforts et leur compétences dans cette bataille», a-t-il conclu.
Sami Kaidi

Journaliste: 
Source de l'article: 

Partenaires

Suivez-nous

Newsletter SAMG

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
9 + 3 =