« Les médecins libéraux sont prêts à apporter leur concours à l’action des pouvoirs publics »

Jeudi, 9 Avril, 2020

Quelle est l’importance du confinement général dans la lutte contre le coronavirus Covid-19 ?

Dr Abdelkader Tafat, président de la Société algérienne de médecine générale (SAMG) : L’histoire de la médecine l’a prouvé : on n’éradique une maladie virale que lorsqu’un vaccin est disponible (exemple : la variole, la rougeole…). Le Covid-19 est une maladie récente (décembre 2019) qui, quasiment en 3 mois est devenue une pandémie qui a ébranlé le monde. Pourquoi donc plus d’un tiers de la population mondiale serait à ce jour confiné ? Pour cela imaginons un scénario sans confinement avec une maladie en croissance exponentielle : 1 malade (ou porteur sain) contamine 3 personnes, puis 27, 81, 243 …. Puis ce chiffre augmentera de façon vertigineuse en un temps très court. Que se passerait-il ? Même si les capacités d’accueil de nos hôpitaux ont bien augmenté suite à une mobilisation des moyens et du personnel soignant, celles-ci seront rapidement dépassées et même avec l’hypothèse de 5% de formes graves, très rapidement les hôpitaux seront engorgés exposant à des choix difficiles et à des pertes de vies qui auraient pu être évitables.

Le confinement reste donc le meilleur moyen pour permettre de réduire la contamination à grande échelle avec un nombre de cas qui risque d’envahir nos hôpitaux, dont les capacités sont limitées, notamment en lits de réanimation, en médicaments et autres besoins, malgré tous les efforts consentis par l’État en cette circonstance.

Le confinement et les mesures barrières permettront aussi à toutes les structures mobilisées de se consolider davantage et étaler les arrivées des malades graves afin de mieux les accueillir. D’autant qu’on espère une meilleure prise en charge grâce aux développements thérapeutiques.

Que dites-vous à ceux qui ne respectent pas le confinement ?

On voit partout dans le monde que ce choix (confinement) est salutaire. Certains pays, tel que l’Angleterre qui ont misé sur l’immunité collective ont changé de décision par la suite ; d’autres pays qui ont pris ces mesures tardivement subissent actuellement des conséquences dramatiques (Italie, Espagne, France…).

Le confinement est vital. Vous pouvez croiser, sans le savoir, des porteurs sains qui peuvent vous transmettre le virus que vous pourriez alors transmettre à votre tour à votre entourage et mettre leur santé en danger.

Il faut comprendre que c’est l’homme qui se déplace entraînant ainsi la propagation du coronavirus. Le non respect du confinement est un délit sanctionnable. Nul n’a le droit de mettre en danger la vie des autres.

On ne le répétera jamais assez : en restant chez vous, vous contribuerez à la rupture de la chaîne de transmission du virus, vous sauverez votre vie et celle des autres.

Pensez-vous qu’il faille passer à l’étape « le masque pour tous » comme le réclament un certain nombre de scientifiques ?

Quel que soit le type du masque, c’est toujours beaucoup mieux que de ne pas en avoir. Le masque est vraiment l’outil barrière de protection le plus efficace disponible dans la vie quotidienne contre le coronavirus.

La période actuelle vise à réduire au maximum les contacts interpersonnels et éviter au maximum les contaminations d’une personne à l’autre en toussant ou en éternuant.

Effectivement, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a dernièrement préconisé le port du masque de protection pour toute la population où sévit l’épidémie. Certains pays l’ont même rendu obligatoire.

Mais en état actuel des choses, et vu leur indisponibilité, est-il possible de pourvoir toute la population en masques de protection ?

La priorité du port des masques de protection revient d’abord au personnel soignant, puis aux personnels de sécurité qui se trouvent les plus exposés au risque de contamination. Le port de ces masques est aussi indiqué aux personnes malades afin d’éviter la propagation du coronavirus.

De nombreux médecins ont soulevé la question du manque des moyens de protection. Quel constat faites-vous ?

La situation sanitaire inédite créée par la pandémie du Covid-19 impose au corps médical, particulièrement exposé, de se doter de moyens de protections adéquats contre la contamination au coronavirus : bavettes, masques FFP2, lunettes de protection, gants, sur-blouse et gel hydro-alcoolique pour exercer sa fonction en toute sécurité.

Les pouvoirs publics doivent mettre à la disposition des médecins généralistes de première ligne les outils et les moyens techniques nécessaires à l’exercice de leur métier avec le minimum de risques possibles.

La SAMG insiste sur le respect du principe d’un corps médical unique et indivisible dans sa mission de santé publique. Les médecins libéraux sont prêts à apporter leur concours à l’action des pouvoirs publics dans ses dispositions pratiques en cas d’évolution grave de l’épidémie.

Des médecins ont opté pour la téléconsultation. Ce dispositif a-t-il été adopté par la SAMG. Y a-t-il des initiatives pour éviter aux patients les déplacements ?

La SAMG a lancé un appel au niveau de sa page Facebook à tous les collègues médecins généralistes et spécialistes, les pharmaciens, les résidents ainsi que les psychologues, kinésithérapeutes, orthophonistes pour une action bénévole qui consiste à pratiquer des consultations par téléphone (ou par messagerie) à l’intention des patients qui ont des inquiétudes en relation avec l’épidémie actuelle du Covid 19 et qui pourraient avoir besoin de conseils concernant leurs propres maladies. Cette contribution apaisera les souffrances et permettra de réduire au strict minimum les déplacements vers le médecin libéral ou les services des urgences, diminuant ainsi le risque de contamination.

Près de 300 médecins toutes spécialités confondues ont répondu à l’appel et nous ont transmis leur coordonnées : nom, prénom, spécialité, numéro de téléphone.

Ces coordonnées ont été transmises aux responsables de collèges de wilaya qui, à leur tour, vont les partager avec les associations locales, les pages Facebook, les radios et les officines locales pour affichage.

Des médecins ont carrément fermé leurs cabinets. Est-ce légal ?

La pandémie du Covid-19 qui a touché notre pays est une dure épreuve pour notre système de santé. Ce combat face à un virus redoutable exige une grande organisation et surtout de sérieuses mesures de protection du personnel soignant : blouses, sur-blouses, gants masques chirurgicaux et FFP2, lunettes de protection, visières, gel hydro-alcoolique…

Suite à l’épuisement de leur stock et faute de pouvoir s’approvisionner en ces moyens de protection, du fait de leur non disponibilité au niveau des officines pharmaceutiques, nombre de médecins généralistes et spécialistes libéraux ont été contraints de fermer leurs cabinets par crainte d’être contaminés et de contaminer à leur tour leur famille et leurs patients. Faute de ces moyens, le cabinet devient un foyer et un vecteur de la contagion.

Les médecins, soit à titre individuel par le biais des réseaux sociaux, soit en faisant appel à leur société savante, leur syndicat ou le Conseil de l’ordre ont manifesté à plusieurs reprises leur désarroi devant cette situation de pénurie.

Des commissions ad hoc ont été créées au niveau de chaque Direction de la santé de wilaya (DSP) le 23 mars dernier dans le but d’approvisionner les médecins libéraux en moyens de protection par l’intermédiaire des pharmaciens référents au niveau de chaque wilaya.

Cette situation risque de perdurer, aucune solution n’a été trouvée à ce jour ; pendant ce temps le corps médical libéral est en train de payer un lourd tribut en rapport avec le Covid-19 : 3 médecins libéraux décédés et des dizaines contaminés.

Dans ce contexte de pénurie de moyens et du grand risque de contamination, nous assistons, malheureusement à une vile campagne de dénigrement et de stigmatisation du médecin libéral sur les réseaux sociaux et de la part de certains médias que nous condamnons vivement.

Les médecins libéraux qui ont suspendu temporairement sans gaieté de cœur leur noble tâche sont toujours dans l’attente de dotation de ces moyens pour reprendre leur activité.

Les malades chroniques (diabétiques, hypertendus…) sont les personnes les plus à risque. Que pouvez-vous leur dire et comment doivent-ils se comporter en ces moments de crise sanitaire ?

Avant de conseiller les malades chroniques des précautions à prendre et du comportement qu’ils doivent adopter pour éviter le risque de contamination, il est très utile de conseiller d’abord les membres des familles de ces malades chroniques si vulnérables au coronavirus.

Il faut éviter qu’ils soient coupables de leur contamination, en restant confinés chez eux et ne sortir qu’en cas de nécessité en prenant les précautions d’usage. Ils peuvent être contaminés par le virus sans développer aucun signe clinique (c’est ce qu’on appelle le porteur sain) et le transmettre par la suite à leur parent(s) âgé(s) et atteint(s) d’une malade chronique. Ces personnes sont plus exposées au risque de développer des complications sévères en cas de contamination. Elles doivent, pour ce faire, éviter tout contact direct avec un membre de la famille qui rentre d’une zone à risque, éviter toute sortie non indispensable. Les malades chroniques doivent également éviter de consulter leur médecin pour un contrôle ou un renouvellement d’ordonnance (un membre de leur famille peut le faire à leur place), surveiller l’apparition de symptômes, en prenant notamment la température tous les jours s’ils ont été au contact avec de personnes à risque, pendant les 14 jours après le contact. En cas de symptômes évocateurs (fièvre, toux, difficultés respiratoires, perte du goût, perte de l’odorat), ils doivent appeler le 3030 ou la protection civile qui les transférera au centre de soins réfèrent de leur lieu de résidence.

La SAMG, totalement engagée dans la lutte contre le Coronavirus, rend hommage à tout le personnel soignant et à toute autre personne engagée dans ce combat contre la pandémie au coronavirus quelle que soit sa fonction et son grade.

Journaliste: 
Source de l'article: 

Partenaires

Suivez-nous

Newsletter SAMG

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
2 + 0 =